BIEN DÉFINIR LE BESOIN POUR RÉALISER UNE MACHINE SPÉCIALE OU ILOT ROBOTISÉ

Les points essentiels à inclure dans un CDC Machine spéciale ou ilot robotisé

La définition précise du besoin est le gage de réussite du projet. Cette expression du besoin se traduit par l’élaboration d’un cahier des charges qui va mettre l’accent sur les points stratégiques du projet, les contraintes environnantes et les exigences.
En règle générale un cahier des charges générique accompagne le cahier des charges spécifique. Celui-ci dicte les règles de manière générale pour l’élaboration d’une machine.

Le CDC Général
Le CDC Général retrace les points et exigences qui vont s’appliquer à toutes les affaires. 
Il est propre à une entreprise, et ces règles s’appliquent à tous les fabricants ou constructeurs traitants avec l’entreprise en question.
Voici sans détail les points qui peuvent être aborder dans ce CDC général :

  • Aspects législatifs et normatifs
  • Règles de sécurité
  • Procédure exploitation
  • Etats, mode de marches et d’arrêts
  • Protections
  • Dialogue IHM
  • Energies
  • Règles de câblage, armoire, automate, programmation
  • Pièces leurres
  • Eléments mécaniques
  • Matériel autorisé
  • Documentation à fournir
  • Suivi de projet et jalons
  • Procédure de validation équipement
  • Conditions de paiement


Le CDC spécifique
Ce document lui permet d’aborder le cœur du sujet en question. Il va traiter plus ou moins en détail, des points et exigences à prendre en compte pour la réalisation du moyen.

  • Le produit

Présentation du produit concerné par le projet. Il va s’agir de la ou des pièces fabriquées par le client pour lesquels le moyen spécifique sera réalisé.
Il va s’agir d’assemblages de composants, de soudure, de contrôle vision etc…

Il est indispensable de fournir les plans d’ensemble, de détail ainsi qu’un fichier 3D de ces pièces.
Le client communique également les matériaux, propriétés mécaniques des pièces et peu conseiller sur l’approche à avoir de par son expérience métier.

L’impression 3D à toutes son importance lors de cette phase du projet, elle permet de réaliser rapidement des prototypes dans le cas ou le produit concerné ne serait pas encore industrialisé.

Le client peut fournir également la finalité de ce produit, à qu’elle industrie il est destiné, ce qui va déterminer les exigences qualité etc…

Lorsqu’il s’agit d’une amélioration de process existant, l’approche est plus concrète, on a à faire à un produit en phase mature ou presque, avec des volumes qui nécessites une automatisation. Ce qui n’était pas systématiquement prévue ou au départ du projet car le client attend le feedback du marché. Ce retour permet d’envisager le cycle de vie produit ainsi que les volumes de production.

  • L’environnement

Déterminer l’emplacement et l’atelier dans lequel sera installée la machine est également un élément essentiel à l’élaboration de l’offre :
- Salle propre, salle blanche …
- Milieu hostile : Huile, humidité, poussière etc…
- Le pays et ville d’installation
- En pied de machine ou en reprise : Si la machine sera installée en pied de machine, Presse à injecter par exemple
- Les normes à respecter : Alimentaire, médicale, Nucléaire …
- Encombrement prévu, passage de porte …

  • Les chiffres

Ces données vont déterminer en majeur partie la manière de concevoir la machine ou l’îlot robotisé.
Il s’agit de la cadence et des volumes de production.
Le client aura au préalable ou pas, déterminé la part opérateur affectée au moyen.
En théorie, plus les volumes sont élevés plus on a à faire à une machine 100% automatisée.

La cadence va définir le type d’alimentation des pièces à prévoir (Bol vibrant, feeder, dévracage 3D, opérateur…), la cinématique (Plateau, transfert, robotique, décomposition, travail des pièces par 2, 4 …), le nombre de poste, les technologies à utiliser.

  • Le périmètre d’automatisation

Comme évoqué ci-dessus, le client doit ou devra calculer la part opérateur à affecter au projet, ce qui va déterminer en tout ou partie le périmètre d’automatisation du projet.
Différents cas de figures peuvent se présenter :
- Alimentation + façonnage 
- Alimentation partielle + Façonnage partiel
- Alimentation partielle + Façonnage
- Alimentation + façonnage + conditionnement
- Façonnage + conditionnement …

Le client détermine également au préalable en fonction de ses calculs de retour sur investissement le type de machine qui sera à chiffrer.

  • Qualité

Les exigences qualité doivent apparaitre dans le CDC, cela va permettre de déterminer le nombre et le type de contrôles à effectuer :
- Dimensionnel, en entrée et en sortie
- Aspect
- Etanchéité, débit
- Positionnement
- Présence composants, taraudage etc….

Il est indispensable que le client fournisse une défauthèque précise et exhaustive au fournisseur afin de déterminer le plus précisément possible le matériel à utiliser.

Les coûts de contrôle vision étant important, il est donc stratégique que le besoin soit défini précisément au départ.
Ceci est une liste non exhaustive des points à aborder pour l’élaboration d’un CDC. Mais attention à ne pas être trop directif dans la cinématique et le type de technologie. Le constructeur se retrouverai contraint à répondre à ces exigences et cela lui empêcherai de faire bénéficier de son ingéniosité et de son expérience, il faut trouver un juste équilibre, tout en laissant une part de « liberté » de conception.

TOP